Actualités Politique

AFFI N’guessan (opposition ivoirienne): « Je demande aux Ivoiriens d’intensifier les actions sur le terrain »

L’opposition ivoirienne au grand complet s’est réunie ce mercredi au siège politique du PDCI RDA pour faire le point de la situation sur le terrain après l’entrée dans sa phase active du boycott de la présidentielle. Par la voix de son porte-parole Pascal AFFI N’guessan, elle a condamné l’usage des « microbes », une milice du régime au pouvoir, pour attaquer les manifestants, les étudiants et les populations civiles dans plusieurs localités du pays.

A l’appel du Premier Ministre ivoirien proposant de rencontrer l’opposition cet après-midi, Pascal AFFI N’guessan a posé une condition:  « l’opposition ne participera à un dialogue que sur la médiation d’une organisation régionale sous l’égide des Nations Unies »

Pour les opposants à la candidature du président ivoirien jugée anticonstitutionnelle, le peuple a le droit de se défendre et doit trouver les moyens de se défendre, s’il est attaqué, pour faire cas des agressions des microbes et militants RHDP déployés contre des manifestants, et dont le bilan s’évalue en morts, blessés et destructions de biens. A ce propos, il dira que « le combat que nous menons n’est pas un combat contre le peuple du Nord. C’est un combat pour des valeurs, un combat pour toute la Côte d’Ivoire », parce que les partisans du président ivoiriens majoritairement du nord s’en prennent violemment aux manifestants pendant la mise en oeuvre du boycott actif.

L’opposition par la voix de son porte-parole a rassuré ses militants qu’il n’y aura d’élection le 31 octobre prochain. dans ce cas, dira-t-il, « face à la barbarie de Ouattara, il faut la résistance. Je demande aux IVOIRIENS d’intensifier les actions sur le terrain.
Il n’y aura pas d’élections le 31 octobre en CÔTE D’IVOIRE. Si Ouattara s’entête jusqu’au 31 octobre 2020 et qu’il n’y a pas d’élection inclusive, transparente et crédible, les IVOIRIENS se donneront un Gouvernement d’Union Nationale pour organiser, ensuite, un scrutin transparent et crédible ».

Michel Ouedraogo Aruna

.