Actualités International

Attentat de Nice : l’enquête progresse, hommage national à midi

Au troisième et dernier jour du deuil national, alors que les premiers permis d’inhumer ont été délivrés dimanche aux familles de victimes, l’enquête se poursuit ce lundi pour établir les motivations de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais le soir du 14 juillet, et trouver d’éventuels complices, à tout le moins des soutiens logistiques.

 

A LIRE. Ce lundi matin, une garde à vue levée, six personnes toujours interrogées

 

Les liens entre le tueur et « les réseaux terroristes » n’ont pas encore été « établis par l’enquête », a affirmé ce matin sur RTL le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Une garde à vue a été levée ce lundi matin, six restant en cours. Les policiers de la section anti-terroriste et de la police judiciaire cherchent notamment à établir le point de bascule du terroriste : quand cet homme, décrit comme peu religieux, violent, buveur et très séducteur, a-t-il embrassé la cause de l’organisation État islamique, au point que Daech a, samedi matin, revendiqué « l’acte d’un soldat ».

 

Au fil de recherches intenses et tous azimuts lancées dans la nuit de jeudi, les policiers de la DCPJ ont acquis deux certitudes. Mohamed Lahouaiej Bouhlel a prémédité son geste. Et il était obsédé par la séduction.

 

Un geste préparé au moins dix jours plus tôt. On sait désormais que le Tunisien de 31 ans a récupéré le camion frigorifique chez un loueur de Saint-Laurent-du-Var huit jours après l’avoir réservé. Qu’il s’est rendu à bord les 12 et 13 juillet sur les lieux du futur attentat pour repérer les alentours. Son frère Jaber a affirmé à l’agence Reuters avoir reçu une photo du terroriste le jeudi après-midi, souriant au milieu de la foule paisible de la Promenade des Anglais. Mais il a refusé de montrer cet autoportrait.

 

Des SMS établissent une complicité. Selon BFM TV et Le Figaro, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a envoyé un SMS à 22h27, soit 18 minutes avant d’entamer sa course folle sur la « Prom ‘ ». Selon les informations du Parisien, C., l’homme interpellé dimanche après-midi à Nice, âgé de 37 ans, était le destinataire des armes supplémentaires que Lahouaiej Bouhlel avait demandées à un autre correspondant à qui il envoyait des SMS. Celui-ci serait un ressortissant albanais âgé de 38 ans, arrêté avec sa compagne. Chez eux, affirmait L’Obs hier, ont été retrouvés onze téléphones portables, de la cocaïne et de l’argent liquide. Ils sont soupçonnés d’avoir fourni le pistolet de calibre 7.65 avec lequel le tueur a tiré sur la foule et les policiers avant d’être abattu. Rien n’indique à ce stade que ces personnes en garde à vue connaissaient le terrible dessein de leur ami.

 

Un obsédé sexuel. Séparé de sa femme parce qu’il la violentait, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a été présenté très tôt par plusieurs de ses voisines comme volontiers séducteur. S’il n’allait jamais à la mosquée de son quartier, il fréquentait assidûment la salle de sports. Selon le Parisien ce matin, les enquêteurs ont auditionné la plupart des nombreuses conquêtes du chauffeur-livreur, notamment un homme de 73 ans présenté comme son principal amant.

 

Encore de nombreux disparus… Dimanche, le bilan du parquet faisait état de 84 personnes décédées, 49 blessés en urgence absolue, dont 29 en réanimation, avec pronostic vital engagé pour 18 d’entre eux, et 207 blessés en urgence relative. 35 victimes ont été formellement identifiées. Et plusieurs personnes restent disparues, comme en témoignent les photos récemment postées avec le hashtag «Nice recherche» sur les réseaux sociaux.