Actualités Côte d'Ivoire Economie

Restauration: comment en un an et demi Glovo s’est adapté à la consommation des Ivoiriens pour conquérir leurs cœurs

Avez-vous remarqué ces livreurs vêtus de jaune et de vert qui sillonnent Abidjan à moto? Ces indépendants, les ‘Glovers’, livrent des plats ou des produits aux Abidjanais en moins de 45 minutes pour GLOVO, licorne espagnole qui exerce dans plus de 20 pays. Un an à peine après son arrivée sur le sol ivoirien, Glovo est déjà leader du marché de la livraison à la demande en Côte d’Ivoire. L’entreprise a réussi à s’imposer grâce au travail d’une équipe dévouée et passionnée. De la direction à la livraison, découvrez ces prochains jours comment la machine Glovo a fait pour se hisser au sommet du marché ivoirien.  

S’engager pour la population, s’adapter sans cesse : les défis de Glovo ! 

 Adaptation !

Les collaborateurs nous le disent bien : le mot le plus important chez Glovo, c’est l’adaptation. Toute la stratégie repose là dessus. Il faut d’abord s’adapter à la consommation des Ivoiriens. Glovo a pu s’appuyer sur son expérience puisqu’ils ont déjà développé leur activité dans plus de 20 pays. Il leur a fallu apprendre nos préférences avec des plats comme le garba, les pains condiments, et tous les mets de nos délicieuses tables ivoiriennes, afin que tous les goûts soient représentés sur leur plateforme !

Les habitudes de consommation aussi ont été étudiées : les Ivoiriens n’étaient pas vraiment habitués à se faire tout livrer par une entreprise, ni à avoir une application sur leur téléphone sur laquelle ils pouvaient tout commander quasiment en temps réel. Il a donc fallu pousser l’offre, proposer des réductions, des coupons de parrainage, etc… Il y a aussi eu le passage progressif vers la livraison de produits du quotidien grâce aux partenariats avec les différents points de ventes, supermarchés, supérettes, primeurs ou encore les grandes surfaces. Aujourd’hui, le partenariat avec Prosuma (par des enseignes comme Casino, Super U et d’autres à venir) fonctionne extrêmement bien et de plus en plus d’Abidjanais commencent à prendre l’habitude de se faire livrer leurs courses avec Glovo !

Mais l’adaptation la plus importante pour Glovo est venue avec la crise du COVID-19. Si contrairement à beaucoup d’autres entreprises, la compagnie n’a pas été extrêmement fragilisée par la crise du COVID-19, elle a dû être extrêmement réactive afin d’apporter des alternatives aux Ivoiriens dans un fort contexte d’incertitude. Glovo a ainsi dû faire face à la réduction d’une partie de son activité puisque les restaurants ont été fermés pendant une partie de l’année. L’entreprise a ensuite accompagné les restaurateurs dans leur réouverture, en leur proposant d’ouvrir leurs cuisines tandis que Glovo effectuait la livraison. Enfin, l’entreprise s’est positionnée comme l’alliée des ivoiriens en proposant la possibilité de régler les achats par carte, de déposer leur paquet devant la porte, limitant ainsi au maximum les contacts entre clients et livreurs. Autant de nouvelles idées qui n’auraient pas eu lieu si la crise du COVID n’avait pas poussé les équipes au changement, et à toujours plus de flexibilité.

ENGAGEMENT !

Glovo n’a pas vocation à ouvrir un pays seulement pour augmenter ses parts de marché. L’entreprise souhaite aller au delà de ça, et avoir un vrai impact positif, notamment du point de vue social et environnemental. Depuis son arrivée en Côte d’Ivoire, elle travaille sur le recyclage de ses sacs de livraisons afin de ne pas être un acteur de la pollution, et multiplie les opérations de sensibilisation auprès des livreurs. L’entreprise est également partenaire d’un orphelinat à Abidjan où elle fait des dons et apporte de l’aide de façon régulière. Ces actions sont principalement motivées par les valeurs de l’entreprise, qui suggèrent la responsabilité et l’empathie vis à vis de l’autre dans l’entreprise et dans la société.

L’entreprise a pour ambition d’augmenter la fréquence de ses activités et de développer plus d’actions tournées vers l’environnement. Elle lance à ce titre une “Journée de l’impact social” le 8 octobre prochain.

Si on parlait d’avenir ?

Aujourd’hui, Glovo est surtout présent à Abidjan. L’entreprise de livraison n’a pas encore passé le cap de l’ouverture sur l’intérieur du pays, ce que l’on peut regretter…La Côte d’Ivoire, ce n’est pas seulement Abidjan ! Il ne faut pas qu’elle tombe dans ce piège, dans lequel tombent souvent les entreprises européennes. Glovo gagnerait beaucoup à avancer vers cette zone souvent oubliée et ignorée par les entreprises dites “modernes” !

La Rédaction